Zone des professionnels

Hôpital ami des bébés

L'initiative Hôpitaux amis des bébés a été lancée par l'UNICEF et l'OMS en 1991 dans le but de créer des environnements favorables à l’allaitement. L'Hôpital du Sacré-Coeur-de-Montréal vise à devenir un établissement ami des bébés. Ainsi, l'Unité mère-enfant s’engage à mettre en œuvre les dix conditions de succès de l'allaitement maternel définies par l'UNICEF et l'OMS et à respecter le code international de commercialisation des substituts du lait maternel.

Conditions de succès

  1. Adopter une politique d'allaitement maternel écrite et systématiquement portée à la connaissance de tous les intervenants dans les soins et des bénévoles.
  2. Donner à tous les intervenants dans les soins les compétences nécessaires pour mettre en œuvre cette politique.
  3. Informer toutes les femmes enceintes et leur famille sur les avantages de l'allaitement.
  4. Aider les mères à commencer l’allaitement dans la demi-heure suivant la naissance.
  5. Indiquer aux mères comment pratiquer l'allaitement au sein et comment entretenir la lactation, même si elles se trouvent séparées de leur nourrisson.
  6. Ne donner aux nouveau-nés aucun autre aliment et aucune autre boisson que le lait maternel, sauf sur indication médicale.
  7. Pratiquer la cohabitation – laisser l’enfant avec sa mère 24 heures par jour.
  8. Encourager l'allaitement au sein, à la demande de l'enfant.
  9. Ne donner aux enfants nourris au sein aucune tétine artificielle ou sucette.
  10. Encourager la constitution d'associations de soutien à l'allaitement maternel et encourager les mères à les fréquenter dès leur sortie de l'hôpital ou de la clinique.

Code international de commercialisation des substituts du lait maternel

  1. Interdire la promotion des laits artificiels, tétines et biberons auprès du grand public. 
  2. Interdire la distribution d’échantillons gratuits aux femmes enceintes et aux parents. 
  3. Interdire la promotion des laits artificiels, tétines et biberons dans le réseau de la santé (pas d’échantillons ni d’approvisionnement gratuits). 
  4. Interdire le recours à du personnel payé par les fabricants pour donner des conseils aux parents.
  5. Interdire la distribution de cadeaux et d’échantillons personnels aux professionnels de la santé.
  6. Interdire la promotion d’aliments commerciaux pour bébés comme les solides en pot, les céréales, les jus, l’eau embouteillée, afin de ne pas nuire à l’allaitement exclusif.
  7. Exiger que les emballages et les étiquettes mentionnent clairement la supériorité de l’allaitement au sein et comportent une mise en garde contre les risques et le coût de l’alimentation artificielle.
  8. S’assurer que les fabricants et les distributeurs fournissent aux professionnels de la santé une information scientifique qui se limite aux faits.
  9. S’assurer que tous les produits sont de bonne qualité, que la date limite de péremption y est indiquée, et que les emballages ne comportent pas de termes comme « humanisé » ou « maternisé ».
  10. Afin d’éviter les conflits d’intérêt, faire en sorte que les professionnels de la santé qui travaillent auprès des nourrissons et des jeunes enfants ne reçoivent pas de soutien financier des compagnies de produits alimentaires pour bébés (ex. : vacances, invitations à des congrès, etc.).