Zone des professionnels

Suivi de grossesse

Visites médicales

Assurez-vous d'apporter votre carte d'assurance maladie et votre carte d’hôpital à tous vos rendez-vous sans quoi ils ne pourront pas avoir lieu. Assurez-vous également de vous présenter à l’heure. Si vous êtes en retard et que vous ratez votre tour, il est possible que vous deviez attendre plusieurs heures pour avoir votre rendez-vous.

Nous vous conseillons de faire par écrit la liste des questions que vous souhaitez poser au médecin ou à un membre de l’équipe de soins lors de vos visites, afin de ne rien oublier.

Les visites médicales ont lieu environ une fois par mois avant la 32e semaine de votre grossesse, une fois toutes les deux à trois semaines, entre la 32e et 36e semaine, et une fois par semaine après. Pour les grossesses à risque, les visites pourraient être plus fréquentes.

 Les visites médicales permettent de vérifier notamment :

  • votre poids;
  • vos signes vitaux;
  • les battements de cœur du fœtus;
  • la taille et la forme de l’utérus;
  • la taille et la position du fœtus (plus tard durant la grossesse);
  • la présence ou non de contractions, de pertes de liquide ou de sang.

L’analyse d’urine permet de détecter les signes d’une éventuelle pathologie comme l'hypertension artérielle, le diabète de grossesse, ou une infection urinaire. 

Les visites médicales sont l’occasion, pour l’équipe soignante, de répondre à vos questions et de vous informer de l’évolution normale d’une grossesse. Le médecin vous y remettra des prescriptions pour les différents examens à réaliser au cours de votre grossesse. 

Pour connaitre les cliniques qui offrent des suivis de grossesse, cliquez ici.

Examens et consultations du premier trimestre (semaines 1 à 14)

Prise de sang et test d’urine 

Ces tests permettent de dépister d’éventuelles maladies qui pourraient avoir des conséquences sur votre grossesse, comme la rubéole, l’hépatite B ou les infections sexuellement transmissibles. Ils permettent aussi de mesurer votre taux de glucose dans le sang et de déterminer votre groupe sanguin (A, B, AB ou O) et votre facteur rhésus (positif ou négatif).


Échographie de datation (sur recommandation médicale)

Dans certains cas, une échographie (appelée échographie de datation) peut être nécessaire pour déterminer l’avancement exact de la grossesse. Cette échographie est réalisée uniquement sur recommandation médicale.

Dépistage de la trisomie 21 (optionnel)

Ce dépistage vise à identifier les risques que votre bébé soit atteint de trisomie 21 (ou syndrome de Down), une maladie génétique qui affecte le développement de l’enfant. Il n’est pas obligatoire et ce sont les parents qui décident s’ils veulent le passer ou non. Il est couvert par le régime d’assurance maladie du Québec et ne présente aucun risque pour la grossesse.

Nous vous recommandons de bien réfléchir avant de prendre la décision d’effectuer le dépistage de la trisomie 21, et de vous préparer à tous les résultats possibles. Vous pouvez en discuter avec vos proches et avec les professionnels de la santé de l'Unité mère-enfant pour vous aider à prendre votre décision.

Le dépistage consiste en une échographie de datation (réalisée au premier trimestre) et deux prises de sang (une au 1er trimestre et une au 2e trimestre).

  • Échographie de datation :

    • Si vous devez passer une échographie dans une clinique privée (notamment s’il n’y a pas de disponibilité à l'Hôpital du Sacré-Coeur-de-Montréal), on vous remettra la liste des techniciens en radiologie privés autorisés à effectuer cet examen. Assurez-vous d’envoyer les résultats à la clinique d’obstétrique du Sacré-Coeur-de-Montréal. Veuillez adresser les résultats à la clinique et non à un médecin particulier.

  • Première prise de sang du dépistage prénatal de la trisomie 21 :

    • Cet examen a lieu entre la 10e et la 13e semaine de grossesse. Pour passer ce test, vous devez prendre rendez-vous au 514 338-2040. Une seconde prise de sang devra être effectuée quelques semaines plus tard (voir ci-dessous).

Pour en savoir plus, consultez le dépliant « Programme québécois de dépistage prénatal de la trisomie 21 », du ministère de la Santé et des Services sociaux.

Examens et consultations du deuxième trimestre (semaines 15 à 28)

Seconde prise de sang pour le dépistage prénatal de la trisomie 21

Il s’agit d’une prise de sang maternel visant à identifier les risques que votre bébé soit atteint de trisomie 21, une maladie génétique qui affecte le développement de l’enfant. Cet examen a lieu entre la 14e et la 20e semaine de grossesse.

Ce test n’est pas obligatoire et ce sont les parents qui décident s’ils veulent le passer ou non. Il est couvert par le régime d’assurance maladie du Québec et ne présente aucun risque pour la grossesse.

Important : Si vous souhaitez obtenir un dépistage optimal (plus grande fiabilité possible) de la trisomie 21, il faut faire les examens aussitôt que possible à l’intérieur des périodes mentionnées, et il faut attendre 14 jours entre la première et la seconde prise de sang. Si vous faites seulement une des deux prises de sang, les résultats seront moins fiables.

Pour en savoir plus, le Programme québécois de dépistage prénatal de la trisomie 21 du ministère de la Santé et des Services sociaux.

Amniocentèse (sur recommandation médicale)

L’amniocentèse est un prélèvement de liquide amniotique (le liquide dans lequel baigne le fœtus). Il se fait sous échographie à l’aide d’une fine aiguille qui traverse le ventre et l’utérus. On fait ce test pour vérifier si le fœtus est atteint d’une infection, d’une malformation ou d’une maladie génétique, comme la trisomie 21, par exemple. 

Ce test est réalisé à partir de la 16e semaine de grossesse, sur recommandation médicale seulement, et il n’est jamais obligatoire. Discutez avec un professionnel de la santé pour en connaître les risques et les avantages et prendre votre décision en toute connaissance de cause, si votre situation le nécessite. Il est conseillé d’être accompagnée pour le retour à la maison.

Les résultats vous seront transmis dans un délai de deux à quatre semaines.

Échographie morphologique

L’échographie est un examen réalisé avec un appareil à ultrasons qui permet de voir l’embryon ou le foetus à l’intérieur du ventre de la mère. L’échographie du deuxième trimestre est réalisée entre la 18e et la 22e semaine de grossesse. Elle permet de vérifier le nombre de bébés, de s’assurer du bon développement du ou des bébé(s) et de voir la position du placenta dans l’utérus. 

Cette échographie permet généralement (mais pas toujours) de déterminer si vous attendez une fille ou un garçon. Si vous ne souhaitez pas le savoir, dites-le au technicien et au médecin afin d’éviter tout malentendu.

On vous remettra gratuitement quelques photos tirées de votre échographie.


N'oubliez pas d'apporter tous les rapports d'échographie fait depuis le début de votre grossesse.
Il est important de ne pas uriner une heure avant l’examen, car la vessie doit être pleine pour pouvoir réaliser l’échographie. Notez que les enfants ne sont pas admis.

Dépistage du diabète de grossesse

Une prise de sang doit être effectuée entre la 26e et la 28e semaine, afin de vérifier que vous ne faites pas de diabète de grossesse (ou diabète gestationnel). On appelle cet examen le test d’hyperglycémie provoquée par voie orale. Dans certains cas particuliers, si le médecin le juge nécessaire, ce dépistage peut avoir lieu plus tôt durant la grossesse.

Veuillez prévoir une collation après l’examen, car vous pourriez ressentir des symptômes comme une baisse d’énergie soudaine, une faim soudaine et intense, etc.

Injection d’immunoglobulines (dans certains cas seulement)

La prise de sang du premier trimestre a permis de déterminer si votre facteur rhésus était positif (RH +) ou négatif (RH -). Le facteur rhésus est important à prendre en compte si une mère RH - porte un bébé RH +. En effet, si le sang de votre bébé passe dans le vôtre, votre système immunitaire peut réagir en produisant des anticorps qui peuvent nuire à votre bébé lors de la grossesse en cours ou de la suivante.

Si votre facteur rhésus est négatif, votre médecin vous prescrira des immunoglobulines anticorps RH  ou anti-D (aussi appelées vaccin WinRho®) à la 28e semaine de grossesse, et parfois après certains examens (par exemple l’amniocentèse) ou après l’accouchement. Ce traitement, effectué par injection intramusculaire, permettra d’éviter que vous développiez des anticorps.

Vous devez absolument faire ce test au Centre des prélèvements de l’Hôpital du Sacré-Cœur-de-Montréal, sans rendez-vous. Prévoyez toute la matinée, car vous devrez avoir une prise de sang, attendre les résultats pour savoir si vous avez développé ou non des anticorps puis recevoir l’injection à l'Unité mère-enfant.

Examens et consultations du troisième trimestre (semaines 29 à naissance)

Séance d'information prénatale et visite de l'Unité mère-enfant

Si vous le souhaitez, vous pouvez participer, sur rendez-vous, à une séance d’information prénatale animée par une infirmière. Celle-ci vous fournira de l’information concernant le moment où vous rendre à l’hôpital, les différentes méthodes de soulagement de la douleur et elle répondra à toutes vos questions. Vous devez prendre rendez-vous au 514 338-2040. Cette visite s'effectue un mois avant la date prévue d'accouchement.

Veuillez reporter votre visite si vous souffrez d’une maladie contagieuse comme la gastro-entérite, la grippe ou la varicelle pour éviter de contaminer les autres femmes enceintes.

Dépistage de l’infection à streptocoques du groupe B

La visite médicale qui a lieu autour de la 36e semaine de grossesse est l’occasion pour votre médecin d’effectuer un prélèvement vaginal pour le dépistage de l’infection à streptocoques du groupe B (SGB). 

Les SGB sont des bactéries communes que l’on retrouve souvent dans le vagin, le rectum et la vessie des femmes. Les infections à SGB sont bénignes et peuvent être soignées rapidement par antibiotiques. Les femmes enceintes qui présentent une infection à SGB seront traitées à l’aide d’antibiotiques lorsque le travail aura débuté ou lorsqu’il y aura rupture des membranes afin de ne pas transmettre l’infection au bébé lors de l’accouchement.

Contenu diffusé avec l’autorisation du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM) et adapté par le CIUSSS du Nord-de-l'Île-de-Montréal.